Vanguard News Network
VNN Media
VNN Digital Library
VNN Reader Mail
VNN Broadcasts

Old November 18th, 2013 #1
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 12,593
alex revision
Default Les dernières nouveautés chez AKRIBEIA

Discours et éditoriaux




Philippe Henriot

1) Indicatif Radio Nationale
2) Editorial
3) Discours de Lille, 1er janvier 1944
4) Editorial du 1er janvier 1944
5) Editorial de Pâques, 9 avril 1944
6) Dernier éditorial, 27 juin 1944
7) Conclusion

CD 50 mn



Poèmes de Fresnes





Robert Brasillach

dits par Pierre Fresnay


1) Épitre dédicatoire sur un rythme de Boileau
2) Chant pour André Chénier (1794-1944)
3) Je ne sais rien
4) Fresnes
5) Vienne la nuit
6) Paysage de prison
7) Les noms sur les murs
8) Psaume I
9) Psaume II
10) Le Camarade
11) Psaume III
12) Psaume IV
13) Mon pays me fait mal
14) Psaume V
15) Noël en taule
16) Le Jugement des juges
17) Le Testament d’un condamné
18) Chanson
19) Bijoux
20) L’enfant honneur
21) Psaume VI
22) Psaume VII
23) Gethsémani
24) Lazare
25) Aux morts de février
26) La mort en face

CD 50 mn


http://www.akribeia.fr/
 
Old November 26th, 2013 #2
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 12,593
alex revision
Default



Un ancien soldat allemand qui était à Rajsko (camp satellite d’Auschwitz) pendant la guerre nous dit ce qu’il y a vu et ce qu’il n’y a pas vu. Son témoignage lui a valu des ennuis sans nombre. Un classique du révisionnisme des années soixante-dix.

Traduction revue et corrigée







Que ferez-vous quand ils viendront prendre vos armes ? Earl Turner et ses compagnons sont confrontés à ce problème. Le gouvernement américain les force à entrer dans la clandestinité quand il prohibe la détention personnelle d’armes à feu et ordonne de vastes perquisitions pour arrêter chaque personne suspectée d’en conserver. L’implacable « Police de l’équité » se lance à leur poursuite, mais les patriotes ripostent par une campagne de sabotages et d’assassinats. Une guerre raciale globale résulta de cette escalade de violence. Earl Turner et ses camarades souffrirent terriblement, mais leur ingéniosité et leur hardiesse à concevoir et à appliquer de nouvelles méthodes de guérilla conduisirent à une victoire d’une intensité cataclysmique et d’une envergure mondiale. Le FBI a qualifié Les Carnets de Turner de « Bible des suprémacistes blancs ». Si ce gouvernement avait la capacité d’interdire les livres, celui-ci serait le premier de la liste. Les Carnets de Turner est l’ouvrage le plus controversé dans l’Amérique contemporaine et c’est un texte radicalement différent de ceux que vous avez lus jusqu’à présent !

En français.

288 p.





Andrew Macdonald [William Pierce]

Le texte est en français.

Comment un homme d’honneur doit-il se conduire face au mal ? Doit-il l’ignorer, sous prétexte qu’il n’en est pas responsable ? Doit-il s’allier à lui, car c’est là qu’est l’argent facile ? Ou doit-il prendre les armes contre lui – quitte à lutter seul – et le combattre de toutes ses forces au mépris des risques personnels ? Oscar Yeager, ancien pilote de chasse au Viêt-Nam, reconverti en jeune cadre dynamique, avec un emploi confortable au ministère de la Défense, dans la banlieue virginienne de la capitale du pays, est confronté à ce choix. Il observe le mélange des races, l’homosexualité débridée, le pouvoir grandissant de la drogue, la négrification des villes, consécutive aux vagues d’immigrations non blanches. Il constate que, pour lui, il n’existe pas vraiment de choix : il est appelé à combattre le mal qui, dans les années 1990, afflige l’Amérique ; sa conscience ne lui permettant pas de l’accepter, il devra le combattre. Il déclare la guerre aux politiciens corrompus et irresponsables qui président à la destruction de sa race et de son pays. Il déclare la guerre aux maîtres de la magouille médiatique qui sont les principaux agents de cette destruction. Il déclare la guerre aux malades mentaux, adeptes de la diversité qui sont leurs collaborateurs zélés. Et quand Oscar Yeager est sur le sentier de la guerre, mieux vaut ne pas être en face de lui !

318 p.





Le plat de résistance de ce vingtième volume est constitué par deux longs articles passionnants de Philippe Baillet. Dans le premier, « Heinrich Himmler, Reinhard Heydrich et l’incarnation de l’idéal national-socialiste », l’auteur se livre à une analyse serrée de plusieurs ouvrages, français et étrangers, consacrés ces dix dernières années aux deux hauts responsables de la SS, en s’appuyant aussi sur des textes allemands rarement cités. Il réfute également plusieurs « fables » (prétendue hostilité du parti national-socialiste au pouvoir envers le mouvement völkisch, prétendue persécution du courant païen entre 1933 et 1945, prétendue compatibilité, en dernière analyse, du national-socialisme avec le christianisme).

Le second article, « Les “hommes qui tournent en rond” et ceux qui vont dans le mur. D’Hervé Ryssen à Gianantonio Valli », décortique le dernier livre de Ryssen, La Guerre eschatologique, et y relève de nombreuses erreurs, des approximations et des contrevérités flagrantes. Puis l’auteur revient sur la vision célinienne du monde, avant de présenter l’œuvre fondamentale d’un auteur italien encore inconnu en France. Un article qui ne manquera pas de créer la polémique !

Au sommaire également : une étude révisionniste de Klaus Schwensen sur le nombre des victimes du camp de concentration de Sachsenhausen ; Germar Rudolf nous raconte ensuite comment il est devenu révisionniste et nous parle de son séjour en prison pour hérésie révisionniste ; pour finir, nous publions une nouvelle traduction du fameux « discours des fleuves de sang » (20 avril 1968) d’Enoch Powell, précédée d’une courte présentation.

192 p.


 
Old December 6th, 2013 #3
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 12,593
alex revision
Default

MESSAGE DU PROFESSEUR FAURISSON

Les Editions Akribeia viennent de publier le volume VII de mes "Ecrits révisionnistes". Ce volume rassemble des textes des années 2008-2010.

Achevée le 2 décembre 2013, la longue préface fait le point à cette date de la situation à la fois du révisionnisme (excellente sur le plan historique et scientifique) et des révisionnistes (préoccupante sur le plan du battage médiatique et de la répression judiciaire). Ces deux constats, Il ne faut pas les opposer par un "mais" mais les relier par un "et" tant il est vrai que plus l'imposture historique se dévoile, plus ses défenseurs s'alarment, gonflent la baudruche, mènent le ramdam et appellent à leur secours nos magistrats.

Pour le texte de cette préface, voyez :

ROBERT FAURISSON: La victoire du révisionnisme sur le plan historique et scientifique

Aujourd'hui l'édition et la librairie connaissent de telles difficultés que je me permets d'insister auprès de chacun d'entre vous pour qu'il commande le plus d'ouvrages possibles à l'héroïque Jean Plantin, responsable des Editions Akribeia (en grec : exactitude). Personnellement, je ne perçois rien sur la vente de mes ouvrages ou vidéos.

Bien à vous. RF
 
Old May 10th, 2014 #4
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 12,593
alex revision
Default

Sachsenhausen-Vorkouta. Dix ans prisonnier des Soviétiques.



Gerhart Schirmer

L’auteur, commandant d’une brigade de parachutistes et colonel dans la Bundeswehr, décrit ici d’une façon prenante les épreuves qu’il a subies dans les camps du NKVD durant dix années à partir de 1945, d’abord dans le camp de concentration soviétique de Sachsenhausen, puis, après un passage par la Loubianka de Moscou, dans le camp de travail de Vorkouta, au nord du cercle polaire.

L’auteur s’attache surtout à fournir une documentation sur les conditions auxquelles les détenus étaient soumis dans chacun de ces camps.

C’est ainsi qu’à Sachsenhausen, où il faisait partie du commando préposé aux cadavres, il put évaluer le nombre des morts d’inanition, d’ailleurs confirmé par des déclarations de médecins ; à l’automne 1945, toujours au camp de Sachsenhausen, il dut construire, avec d’autres détenus, une installation de tir dans la nuque et une chambre à gaz, qui fut ensuite montrée aux visiteurs comme ayant été utilisée par les « nazis ».



La Paix la plus terrifiante de l'histoire



Austin J. App


Le magazine Time du 15 octobre 1945 écrivait que l’Europe était « passée de la guerre la plus horrible de l’histoire à la paix la plus terrifiante de l’histoire ».

C’est de cette phrase terrible que s’inspire le titre du présent recueil.

Pourquoi « la paix la plus terrifiante de l’histoire » ? Parce que les hommes qui ont jeté l’Amérique dans la guerre par le prêt-bail et le pacte de croisade de la Charte atlantique ont achevé le conflit avec ce qui restera un éternel monument de honte : le plan Morgenthau pour la destruction du peuple de langue allemande.

Parce que l’Amérique, qui s’est autoproclamée « l’arsenal de la démocratie », a mis imprudemment ses moyens de destruction de l’ère atomique entre les mains de cent soixante-dix millions de barbares eurasiens ; parce qu’elle les a incités à se montrer « durs » envers les vaincus, et qu’avant d’accepter la capitulation allemande elle a insisté pour qu’ils puissent envahir toute l’Europe centrale chrétienne, qu’ils puissent y vivre aux dépens des populations, qu’ils puissent piller, vandaliser, mettre les gens en esclavage, en déporter des millions et violenter des centaines de milliers de femmes et d’enfants !



Bâtir le foyer blanc

Une stratégie de survie pour les Européens devant le flot montant des peuples de couleur



Arthur Kemp

Partant du constat que seuls les Européens et les Euro-Américains des États-Unis sont menacés d’extinction par les populations originaires du tiers-monde, l’auteur, qui concentre son propos sur les Européens de l’Ouest, estime que leur sort est si grave que les plus conscients d’entre eux ne survivront que s’ils se regroupent dans des communautés de vie, prélude à un Grand Trek vers un ou plusieurs territoire(s) où ils seront nettement majoritaires … La croissance continue, dans les pays occidentaux, du nombre des électeurs de couleur et pratiquant d’ores et déjà un vote ethnique de masse sonne en effet le glas de l’espoir d’inverser la tendance par la voie des urnes.

L’auteur encourage donc les Européens décidés à défendre leur identité à franchir le Rubicon psychologique consistant à admettre que la plupart des Blancs sont condamnés à disparaître, sous l’effet du métissage et de la submersion lente ou violente.

Loin de nourrir la défaite dans les têtes, ce petit livre offre aux Européens identitaires un véritable mythe mobilisateur.


 
Old November 13th, 2014 #5
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 12,593
alex revision
Default

Tabou, vol. 21, 2014




• Sur les chemins de la vérité : à la recherche de Warwick Hester (Klaus Schwensen). • Le sort final des déportés survivants (Thomas Kues). • Le broyeur d’os de Lemberg (K. Schwensen). • La meurtrière libération de Bergen-Belsen (Joseph Bellinger). • Pie XII et les Juifs : l’opération « Vicaire » (Paul Rassinier). • Les Juifs et les camps de concentration. Paul Rassinier répond à Jean-François Steiner. • La destinée impériale de l’Europe. Werner Best et la conception völkisch révolutionnaire (Pierre Krebs).



Elie Wiesel, un grand faux témoin





Warren B. Routledge


« Warren B. Routledge dénonce avec rigueur et précision les mensonges d’Élie Wiesel et prouve sans l’ombre d’un doute qu’en dépit de toutes les récompenses qui lui ont été attribuées et d’une énorme couverture médiatique ce personnage demeure (comme l’a dit un jour Noam Chomsky) un fieffé imposteur. Il est plutôt paradoxal de constater que son célèbre récit sur son incarcération à Auschwitz, s’il est aussi véridique que Wiesel en a fait le serment, vient confirmer les thèses de chercheurs révisionnistes (tels Robert Faurisson et Germar Rudolf) plutôt que celles du récit officiel de l’Holocauste que l’Amérique du Nord et l’Europe sont contraintes d’ingurgiter » (Daniel McGowan).

« Par exemple, vous avez le rabbin Kahane, cet extrémiste juif, qui est moins dangereux qu’un homme comme Elie Wiesel qui raconte n’importe quoi… Il suffit de lire certaine description de La Nuit pour savoir que certaines de ses descriptions ne sont pas exactes et qu’il finit par se transformer en marchand de Shoah… Eh bien lui aussi porte un tort, et un tort immense, à la vérité historique » (Pierre Vidal-Naquet).

576 p. Rupture de stock, disponible vers le 21 novembre



Les Pertes allemandes de l'après-guerre





Expulsion, travaux forcés, prisonniers de guerre, faim, camps de concentration de Staline en Allemagne


Heinz Nawratil


Essentiellement fondé sur des archives et documents officiels de la République fédérale d’Allemagne ainsi que sur de très nombreuses études internationales, ce livre démontre de manière irréfutable que les pertes allemandes de l’après-guerre, entre 1945 et 1948, voire au-delà, furent plus importantes que celles provoquées par le régime national-socialiste et par la guerre entre 1933 et 1945.

L’auteur insiste avec raison sur un facteur trop peu pris en compte par l’historiographie officielle : à cause de l’extension du théâtre de la Seconde Guerre mondiale, les hostilités cessèrent à des dates très différentes selon les endroits, avec des conséquences souvent tragiques pour les prisonniers de guerre allemands et pour les populations civiles allemandes expulsées ou déportées. De la France à la Yougoslavie – où les partisans communistes de Tito se livrèrent à d’innombrables actes de barbarie restés impunis –, de l’URSS aux États-Unis en passant par la Pologne et la Tchécoslovaquie, sans oublier l’Allemagne elle-même, l’auteur livre des informations et des statistiques accablantes pour les vainqueurs au sujet du sort qu’ils réservèrent aux vaincus. Pour autant, il ne prétend pas énoncer le dernier mot de ce pan d’histoire, mais seulement restituer avec probité l’état actuel des connaissances sur le sujet, faisant ainsi œuvre de salubrité publique.



 
Old May 27th, 2015 #6
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 12,593
alex revision
Default

Le Grand Secret du communisme

David Duke

En 2001 et 2002, Alexandre Soljénitsyne dévoilait, sur la base d’une formidable documentation, le grand secret du communisme : sa nature intrinsèquement juive et la participation active d’un très grand nombre de Juifs à ses crimes énormes et répétés.

David Duke présente cette documentation sous une forme plus accessible mais non moins rigoureuse. Il complète très opportunément les recherches de Soljénitsyne en retraçant par le menu l’espionnage communiste aux États-Unis à l’époque de la guerre froide, établissant une bonne fois pour toutes que, n’en déplaise à tous ses calomniateurs, le sénateur McCarthy avait vu juste.

Duke revient aussi sur les nouveaux espions juifs désormais à la solde de l’État d’Israël, sur l’influence communiste à Hollywood, sur le rôle des Juifs aux origines du mouvement néoconservateur. Non content de démontrer que le parti communiste américain fut d’emblée et exclusivement une création juive, Duke nous offre une documentation abondante sur l’influence juive en Europe de l’Est, et notamment en Pologne. Il éclaire également le rôle joué par de nombreux Juifs au sein des mouvements communistes du Royaume-Uni, d’Afrique du Sud et même de Chine.

Ce livre illustre à la perfection les deux grands traits du « tribalisme juif » – délire de persécution et paranoïa – pour conclure que le judaïsme, une paradoxale « religion athée » qui met l’accent sur la solidarité raciale, est aussi une prison étouffante pour les Juifs eux-mêmes. Bibliographie. Index. 320 p.

http://www.akribeia.fr/communisme/17...ommunisme.html



La "Terreur nazie". Un Juif témoigne

Heinz Weichardt

Il y a des êtres que le destin gratifie d’une existence toute particulière : ainsi de l’auteur de ce petit livre qui se présente comme une longue lettre adressée à Louis Beam, théoricien de la « résistance autonome » (leaderless resistance) au Système et l’un des principaux activistes du mouvement nationaliste blanc.

Né en 1914, Heinz Weichardt a eu pour parents une mère d’origine juive et un père qui fut un journaliste influent entre 1911 et 1944. Il comptait dans sa famille paternelle plusieurs proches qui étaient des nationalistes allemands convaincus. Lui-même très favorable au régime national-socialiste, il évoque une communauté juive allemande très fortement assimilée, progressivement victime des campagnes orchestrées contre la nouvelle Allemagne par le judaïsme international.

Pour avoir vécu à Berlin de 1929 à 1938, il est en mesure de nous offrir de nombreuses tranches de vie sous le Troisième Reich, de décrire fidèlement la montée de l’antisémitisme et d’en analyser les vraies causes. Contraint à l’exil par une législation de plus en plus restrictive, Heinz Weichardt embarqua pour les États-Unis le 5 septembre 1938. Ce brillant ingénieur, qui allait devenir en fin de carrière l’un des dirigeants du secteur de la recherche chez IBM, nous livre également un précieux témoignage sur la vie aux États-Unis juste avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ce livre souvent teinté d’ironie est une pierre de plus jetée dans le terrain vague des bonimenteurs officiels. Index. 112 p.

 
Old November 2nd, 2015 #7
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 12,593
alex revision
Default

Tabou, vol. 22, 2015

Au sommaire:

•Le comte Potocki de Montalk et le « manifeste de Katyn »(Kerry Bolton)
• Note sur l’expression « parti de la vie » dans l’œuvre de Nietzsche (Philippe Baillet)
• Se confronter à l’Holocauste (Greg Johnson)
• La visite de Jan Karski à Belzec : un réexamen (Friedrich Jansson)
• Gianantonio Valli (1949-2015) : une vie au service de l’idée (Philippe Baillet & Jean Plantin)
• Une aventure éditoriale unique en Europe : l’agenda Mars Ultor (Philippe Baillet)
• Causes et ampleur des autodafés de livres sous le Troisième Reich
• Le Troisième Reich, un État destructeur et improductif ?
• L’Allemagne, matrice indispensable du destin européen (Pierre Krebs)

216 p.

http://www.akribeia.fr/akribeia/1757-tabou-vol-22.html


Don Heddesheimer

L’Holocauste avant l’Holocauste

ou L'histoire d'un chiffre qui rapporte

La plupart des gens croient que six millions de Juifs ont été exterminés par l’Allemagne nationale-socialiste pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais depuis quand entend-on parler du chiffre magique de six millions ? Tout le monde ou presque pense qu’il fut établi par le Tribunal militaire international de Nuremberg. C’est faux : ce livre montre précisément, en s’appuyant avant tout sur une minutieuse et attentive recherche dans la presse américaine des premières décennies du xxe siècle, que le chiffre talismanique fut employé bien plus tôt : dès 1919, voire avant !

En effet, durant la Première Guerre mondiale des campagnes de presse avaient été orchestrées pour dénoncer l’Allemagne impériale et, plus encore, la Russie tsariste, en lien avec le sort supposé des Juifs d’Europe centrale et orientale : ils étaient régulièrement décrits comme persécutés, mourant de faim et par conséquent menacés d’un « holocauste » et d’une « extermination ». À la même époque et dans les années vingt, de nombreuses collectes de fond avaient été lancées, en Europe et aux États-Unis, mobilisant les principales organisations juives pour convaincre l’opinion publique occidentale de l’imminence d’un très grand péril. Dans la plupart des cas, les sommes recueillies servirent à alimenter et à renforcer des initiatives sionistes et communistes.

Érudit et documenté, ce livre illustre parfaitement comment les dirigeants d’un peuple féru de numérologie et passé maître dans l’art de faire fructifier l’argent surent mettre ces « qualités » au service d’objectifs politiques de longue haleine.

En annexe, plus de 200 références de journaux, de 1900 et 1945, où il est question d’un «holocauste» ou du chiffre de «six millions».

256 p.

 
Old May 12th, 2016 #8
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 12,593
alex revision
Default

Le Nationalisme blanc

Interrogations et définitions

Greg Johnson

Écrits dans l’urgence pour répondre à un sentiment de danger – celui de l’extinction possible du peuple blanc nord-américain et, plus généralement, de la race blanche d’ici quelques décennies –, les articles composant ce recueil ne sont pourtant pas des textes polémiques. Ils tournent au contraire autour de deux grands thèmes fondamentaux : la formation, sur le plan des idées, du caractère et de l’action, de ceux qui ont vocation à développer les fondements intellectuels et culturels d’une vraie politique nationaliste blanche dans l’avenir, puisqu’il est aujourd’hui trop tard pour réformer le Système et trop tôt pour le remplacer ; l’organisation d’une communauté nationaliste blanche étendue à l’échelle mondiale, puisque, désormais, « notre nation est notre race ».

Sur la base d’une argumentation claire et serrée qu’agrémente un sens aigu de la formule frappante, l’auteur s’attache aussi bien à quelques grandes définitions – de la métapolitique à l’ethnonationalisme, de la notion de conflit au pluralisme, de la désignation claire de l’ennemi à la critique du conservatisme – qu’à des interrogations sur les forces et faiblesses du mouvement nationaliste blanc non moins que sur les types humains que celui-ci doit préférentiellement recruter ou préférentiellement écarter.
On est étonné de constater au fil des pages que les interrogations de l’auteur en forme d’autocritique positive et jamais complaisante s’appliquent parfaitement aussi, si l’on excepte quelques détails, à la situation présente des nationalistes européens. Une lecture salubre et absolument indispensable.



Qu'est-ce que l'ethnonationalisme ?

Arthur Kemp

L’ethnonationalisme s’oppose frontalement aux projets d’un « monde unique » soutenus par les élites mondialistes et les idéologies dominantes de notre époque. Mais il s’oppose aussi au modèle assimilateur du « nationalisme civique » qui ne tient pas compte de la race et de l’ethnicité. À ce titre, il est la seule idée vraiment révolutionnaire aujourd’hui, la seule qui soit véritablement dangereuse pour l’oppression mondialiste. L’auteur résume ici sous une forme claire et accessible aux plus jeunes les principes essentiels de l’ethnonationalisme, n’insistant pas seulement sur la valorisation et la préservation de chaque identité, mais aussi sur le rejet nécessaire de tout racisme hiérarchisateur et de toute notion de « supériorité » ou d’« infériorité ». Un argumentaire efficace que doit apprendre tout bon militant.

 
Old September 28th, 2016 #9
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 12,593
alex revision
Default

Un seul châtiment pour les traîtres

Xavier Laroudie

1944. Si l’orage s’estompe dans la Haute-Vienne qui panse ses plaies d’Oradour, d’autres s’activent à d’autres tâches : La chasse aux « collabos » est ouverte. Si de toute évidence les plus impliqués dans des activités antinationales ont fui, sont à l’abri, il faudra se rabattre, en attendant, sur le menu fretin qui payera lourdement en acompte. La Libération a été largement racontée, par des témoins ou des acteurs qui se sont attachés au fil du temps à soigner les contours de ce qui va constituer une véritable légende. L’important n’était pas d’être juste, vrai, mais de parvenir à sonner juste dans cette cacophonie qui chantait les louanges d’une Résistance par rapport à une autre. 70 ans ont passé. Nous pensons que ces histoires appartiennent désormais à l’Histoire qu’il est toujours intéressant et salutaire de connaître sans atour et sans fard, qu’il est temps également de rendre un peu de vie à ce cortège de victimes oubliées. Ce travail permet de connaître enfin l’ampleur de ce que fut réellement l’Épuration en Haute-Vienne.

 
Old November 24th, 2016 #10
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 12,593
alex revision
Default

Tabou, vol. 23

Au sommaire : Mensonges à propos de Katyn. – Les plans d’expulsion de Benes. – Victimes de Staline et non des Allemands. – Roosevelt ment à son peuple. – Comment les autorités allemandes d’après-guerre orchestraient les déclarations des témoins lors des procès contre les crimes nazis. – Que savaient les services secrets britanniques au sujet de l’Holocauste ? – Les viols de masse commis par des musulmans sur des femmes et des jeunes filles britanniques. – Le mythe des 4 000 Israéliens prévenus des attentats le 11 septembre 2001. – Les étudiants en art étaient-ils des espions israéliens ? – Hommage à Bradley R. Smith. – Interview de Mark Weber par Jim Rizoli. – Deux lettres de Paul Rassinier à Robin Adams. – Correspondance entre Robert Faurisson et Paul Rassinier.



Le Grand Procès de l’Holocauste

ou L’extraordinaire aventure d’Ernst Zündel


Michael A. Hoffman II


Au catalogue des hérésies, il n’en est aucune, à notre époque, qui soit plus sacrilège que de faire montre de scepticisme à l’égard des affirmations relatives à ce que l’on nomme, en novlangue, l’ « Holocauste », et qui concerne l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Survient alors Ernest Zündel, qui a survécu dans son enfance, en Allemagne, au bombardement au phosphore de sa ville natale de Pforzheim par les Alliés, et qui a émigré au Canada en quête de quiétude et de prospérité.


http://www.akribeia.fr/histoire-crit...olocauste.html


Notes sur l’extermino-complotisme et le révisionnisme

François Fradin

Prenant pour point de départ l’ouvrage de Rémi Perron, "Révisionnisme contre complotisme", François Fradin, l’auteur du présent livre, offre des éléments de réflexion sur ce qu’il appelle l’extermino-complotisme, cette croyance selon laquelle les nationaux-socialistes auraient entrepris en secret l’extermination de l’ensemble des Juifs européens et ce notamment à l’aide de chambres à gaz. Il fournit également des compléments bibliographiques et suggère des pistes de recherche.

Les révisionnistes étant souvent qualifiés de complotistes par leurs adversaires, Fradin s’efforce d’évaluer, longues citations à l’appui, le bien-fondé de cette accusation. Les cas de Robert Faurisson, Paul Rassinier, Carlo Mattogno, Vincent Reynouard, Jürgen Graf et Germar Rudolf sont plus spécialement passés en revue.

Pour finir, l’auteur ébauche la trop longue liste de ceux qui, tout en faisant profession de révisionnisme, adhèrent à des thèses conspirationnistes aux antipodes de la saine méthode historique.

 
Old December 21st, 2016 #11
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 12,593
alex revision
Default

Heinrich Himmler

Esquisses d’une vie


Léon Degrelle, Gebhard Ludwig Himmler, Edwige Thibaut


Présentation de l’éditeur :

Depuis 1945, on ne compte plus les études faites sur Heinrich Himmler. En véritable fonds de commerce de l’horreur, son nom est devenu un symbole de haine, cruauté, racisme, et l’alibi d’une nation vaincue et lobotomisée. Cependant, certains acteurs politiques majeurs – tel Léon Degrelle ou hommes de l’ombre comme son frère aîné Gebhard Himmler – n’ont pas voulu suivre le troupeau précisément parce qu’ils l’ont approché et connu au mieux sous le masque du Reichsführer-SS. Ils nous ont laissé des textes captivants, surprenants, inédits.

Qui fut-il en réalité, cet homme à l’apparence si ordinaire et au destin si extraordinaire ? À travers des récits pittoresques, pris sur le vif, décrivant des moments privilégiés très privés, on découvre un Heinrich Himmler parfaitement inconnu et volontairement maintenu dans cet état de fait par une histoire officielle ne retenant que ce qui lui convenait. Edwige Thibaut, quant à elle, s’attache à résumer de façon saisissante et parfois dérangeante quelle fut la fusion si particulière, paradoxale et féconde entre sa personnalité et sa fonction. Elle met également l’accent sur sa démarche existentielle et ce qui a motivé son action. Ce livre illustré de nombreuses photos remet en cause les mystifications issues de la propagande. Léon Degrelle avait raison : c’est sur Heinrich Himmler que l’on fera les découvertes les plus étonnantes. Son œuvre culturelle, scientifique et religieuse reste encore à découvrir dans toute son importance et son étendue.

 
Old May 16th, 2017 #12
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 12,593
alex revision
Default

Deborah Lipstadt et l'Holocauste

ou La Faillite d'une historienne militante


Germar Rudolf

Figure de proue de l’exterminationnisme aux États-Unis et de la communauté juive américaine, Deborah Lipstadt n’a pourtant d’une « historienne » authentique que le nom, en récompense de son discours toujours convenu et conformiste. C’est ce qu’illustre ici, en donnant une leçon de probité intellectuelle, Germar Rudolf, avec à l’appui plusieurs centaines de références, employées à bon escient mais jamais sollicitées. Il ressort de cette analyse au scalpel d’un livre de D. Lipstadt réédité en 2016 et qui prétend en finir avec les « négateurs de l’Holocauste », que cette « historienne » ignore tout des principes et des méthodes d’une vraie science, ainsi que des règles élémentaires de la recherche académique. D. Lipstadt cite trop rarement des sources primaires et trop souvent des sources de troisième main, ne sait pas traduire les auteurs étrangers dont elle parle, surinterprète les données existantes quand elle ne les sort pas de leur contexte légitime. C’est une ennemie de la vérité qui ne conçoit l’histoire que dans une perspective ultra-partisane et toujours militante. Grâce à Germar Rudolf, la démonstration est faite et l’hésitation n’est plus de mise : chez D. Lipstadt, zélatrice du discours officiel sur l’Holocauste, tout ou presque est à jeter !

 
Old 3 Days Ago #13
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 12,593
alex revision
Default

Écrits révisionnistes (2011-2015), vol. VIII

Robert Faurisson

Extraits de la table des matières: Les dix commandements de la religion de « l’Holocauste ». – La phrase de soixante mots ! – Les victoires du révisionnisme (suite). – L’Unesco et « l’Holocauste ». – Contre l’hollywoodisme, le révisionnisme. – Sornettes et tricheries de Valérie Igounet sur le compte de Robert Faurisson. – Pour Vincent Reynouard. – Heinrich Himmler et les juifs. – Pour en finir avec la « chambre à gaz » du Struthof. – Déclarations révisionnistes de M. Ahmadinejad. – Jacques Vergès. – Stupéfiant Dieudonné ! – L’affaire Gregory Chelli. – Ursula Haverbeck. – Le procès contre Ariane Chemin et Le Monde. – Le caractère explosif du Zyklon B. – Etc.

552 p.

 
Reply

Share


Thread
Display Modes


All times are GMT -5. The time now is 03:15 PM.
Page generated in 0.12725 seconds.