Vanguard News Network
VNN Media
VNN Digital Library
VNN Reader Mail
VNN Broadcasts

Prev Previous Post   Next Post Next
Old February 7th, 2020 #1
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 18,263
alex revision
Default Auschwitz – Les mensonges de propagande oubliés

Auschwitz – Les mensonges de propagande oubliés

par Carlo Mattogno

Ce texte correspond à la première partie de l’article A U S C H W I T Z 27 JANUARY 1945 – 27 JANUARY 2005: SIXTY YEARS OF PROPAGANDA, Origins, development and decline of the “gas chamber” propaganda lie [2005 text, revised, corrected and updated] paru sur Janv27.org.


Pendant la guerre, des rumeurs extravagantes circulèrent au sujet du camp d’Auschwitz : les Allemands y testaient de nouveaux gaz de combat ; des détenus étaient électrocutés, gazés ou bien tués par milliers à l’aide de marteaux pneumatiques ; des personnes encore en vie étaient envoyées directement aux fours crématoires sur des tapis roulants ; des huiles, de la graisse et du savon étaient fabriqués à partir des cadavres des victimes. Rien de tout cela n’était vrai.

Lorsque les Soviétiques capturèrent Auschwitz au début de 1945, ils affirmèrent que des détenus avaient été tués sur des tapis roulants d’électrocution qui déchargeaient leurs victimes directement dans d’énormes fours et qu’au moins 4 millions de personnes avaient été assassinées dans ce camp.Cela non plus n’était pas vrai.

Dans l’immédiat après-guerre, « témoins » et « experts » répétèrent ces affirmations avec encore plus de fantaisie : les détenus étaient assassinés à l’aide de bombes à gaz, dans des chambres à gaz en toile ; le sol des chambres à gaz s’ouvrait pour décharger les corps ; des chariots conduisaient jusqu’aux fours des cadavres aussi bien que des personnes encore en vie ; les crématoires d’Auschwitz auraient pu incinérer 400 millions de victimes… Là encore, rien n’était vrai.


_______________



Le 27 janvier 1945, l’avant-garde de la 100e division d’infanterie soviétique faisant partie de la 60e armée du Ier front ukrainien, atteint le complexe Auschwitz- Birkenau, désormais abandonné par les SS.

La machine de propagande soviétique se met immédiatement au travail, faisant écho aux histoires les plus farfelues qui circulent parmi les détenus – peut-être par excès de zèle.

Le 2 février, la Pravda publie un article de son correspondant, Boris Poljevoi, intitulé « Le complexe de la mort à Auschwitz », dans lequel on peut lire, entre autres, ce qui suit :

Quote:
« Ils [les Allemands] ont nivelé les monticules de fosses communes dites « anciennes » dans la zone orientale 1, ont fait sauter et détruit les traces de leur tapis roulant électrique (eljektrokonvjeijera) où des centaines de détenus avaient été tués simultanément par le courant électrique (eljektriceskim tokom), après quoi les corps ont été placés sur un tapis roulant se déplaçant lentement vers un four à fosse (sciachtnuju pje)2, où les corps ont été complètement brûlés » 3.
Jusqu’à cette époque, la propagande soviétique n’avait jamais accordé beaucoup d’attention à Auschwitz. La Pravda, dans les mois précédents, ne lui avait consacré que quelques lignes, rapportant d’ailleurs des informations reçues de Londres, selon lesquelles l' »usine de la mort » d’Auschwitz disposait de trois crématoires, « équipés de chambres à gaz » », d’une capacité de 10.000 corps par jour ! 4

L’histoire de propagande racontée par Boris Poljevoi, ci-dessus, a été reprise par un ancien détenu d’Auschwitz, un certain Lieberman, qui a déclaré ce qui suit le 27 septembre 1945 :

Quote:
« Comme je l’ai déjà dit, je faisais partie du groupe de travail chargé de décharger les « macchabées » au poste. A l’époque, nous n’avions jamais eu aucun contact avec les détenus du grand camp. Nous étions mis en quarantaine séparément, mais nous étions logés avec un autre groupe de travail qui faisait son service dans le crématorium et la chambre à gaz. C’est pour cela que je sais ce qui s’est passé [là-bas]. Les hommes et les femmes sont allés dans la zone dite des douches et se sont déshabillés séparément, pour éviter la panique.

« Une fois déshabillés, ils sont entrés dans la chambre à gaz centrale par des portes séparées. La chambre à gaz centrale peut contenir 3 000 personnes. Le gaz était libéré par les pommeaux de douche et par les bombes à gaz lancées par des ouvertures percées à cet effet. La mort est survenue en cinq minutes. Certains jours, lorsque d’énormes transports arrivaient à la gare de Birkenau, 42 000 personnes étaient gazées.

« À la fin de la procédure de gazage, le sol de la chambre à gaz s’est ouvert automatiquement et les corps sont tombés dans une chambre souterraine, où des détenus ont extrait leurs dents en or et ont coupé les cheveux à une certaine longueur. […]

« Après l’extraction des dents en or, les corps étaient chargés sur un tapis roulant et transportés vers les fours crématoires par des passages souterrains. Il y avait quatre fours, un grand et trois petits, qui avaient une capacité de 400 corps en cinq minutes 5. Plus tard, lorsque le nombre de corps dépassait la capacité des fours, des fossés étaient creusés et les corps étaient trempés dans de l’huile et jetés dedans. J’ai personnellement vu ces tranchées et j’ai senti la puanteur de la combustion. J’ai également pu visiter les chambres à gaz et les crématoires, lorsqu’on m’a ordonné de les nettoyer un jour où ils étaient hors service.

« Je n’ai jamais vu personnellement les chariots pour le transport des corps, ni les fours en action, mais, comme je l’ai dit, certains des groupes de travail travaillant dans les chambres à gaz et les fours vivaient avec nous et m’ont raconté ces détails. Ce groupe spécial s’appelait le Sonderkommando (commando spécial). Je connais personnellement un certain Jacob Weinschein 6 de Paris, qui est un survivant de ce commando » 7.
En 1946, une publication gouvernementale française, faisant référence à un « Rapport des services russes », a rapporté une autre version de l’histoire :

Quote:
« A 800-900 mètres de l’emplacement des fours, les détenus sont partis sur des chariots voyageant sur des rails. Ces rails, à Auschwitz, étaient de dimensions variables et contenaient de 10 à 15 personnes. Lorsqu’il était chargé, le chariot était mis en mouvement le long d’un plan incliné, où il entrait ensuite à grande vitesse dans une galerie. A l’extrémité de la galerie, le chariot s’est écrasé contre un mur. Le mur s’est ouvert automatiquement, et le chariot a basculé, déversant sa cargaison humaine d’êtres vivants dans le four. Le chariot a ensuite été suivi par un autre, rempli d’un autre groupe de détenus, et ainsi de suite ». 8.
Selon une autre variante hybride de l’histoire, racontée par l’ancien détenu Leo Laptos, les « chambres à gaz » étaient aménagées comme des douches, avec des pommeaux de douche faisant jaillir « du gaz, pas de l’eau », après quoi…

Quote:
« le sol basculait vers le haut, faisant tomber les corps sur un tapis roulant qui les transportait ensuite vers le crématorium » 9.
Même pendant la guerre, la branche propagande du mouvement de la Résistance à Auschwitz s’est employée à inventer d’autres méthodes d’extermination non moins fantastiques, comme l’histoire du « marteau pneumatique » 10, des « chambres électriques » et du « bain électrique ». Le 23 octobre 1942, le journal clandestin Informacja bieca (Informations actuelles), no. 39 (64), a publié l’information suivante :

Quote:
« Selon le rapport d’un employé SS des chambres électriques (przy komorach elektr.), le nombre de victimes tuées quotidiennement s’élevait officiellement à 2 500 par nuit. Elles ont été tuées dans le bain électrique (w a ni elektrycznej) et dans les chambres à gaz » 11.
Et un rapport daté du 18 avril 1943 attribuait ces méthodes d’extermination à Auschwitz :

Quote:
« b. Chambres électriques. Ces chambres avaient des parois métalliques ; les victimes étaient poussées à l’intérieur et le courant à haute tension était mis en marche. c. Le système dit Hammerluft. Il s’agissait d’un marteau pneumatique. Il y avait des chambres spéciales dans lesquelles un marteau tombait du plafond et les victimes mouraient sous une forte pression d’air ». 12.
Toujours en mai 1945, Mordechaï Lichtenstein déclare :

Quote:
« Les corps ont été amenés aux crématoires sur de petits chariots, où ils ont été brûlés par un courant électrique de 6 000 volts. » 13.
En juin 1944, à Stockholm, un fonctionnaire du gouvernement polonais en exil, un certain Waskiewicz, interrogea un Polonais qui avait fui la Pologne après avoir passé 7 semaines à Auschwitz. Le 18 juin, Waskiewicz rédige un rapport en français sur l’interrogatoire du témoin 14, qu’il indique par ses seules initiales : K.J. Ce dernier était un ouvrier conscrit qui avait été arrêté par la Gestapo à son retour de quelques jours de permission, et condamné à 10 semaines dans un camp de concentration. Il fut ensuite interné au camp de Rattwitz, en Silésie, pendant trois semaines, puis transféré à Auschwitz, où il passa les sept semaines restantes.

Dans son rapport sur ce camp, le témoin [K.J.] a répété le conte de fées du tapis roulant, mais dans un contexte différent :

Quote:
« A chaque appel, un service spécial emportait tous ceux qui étaient tombés là où ils étaient tombés et ne répondaient plus aux coups de pied et de poing. Sans même s’assurer qu’ils étaient vraiment morts, ils étaient transportés directement au four crématoire sur un transporteur mécanique, dont la capacité, en 1943, était conçue pour accueillir 1 000 personnes [à la fois] ». 15.
Mais voici la partie la plus fantastique du témoignage :

Quote:
« La section XVIII (juive) était équipée d’une chambre à gaz et d’une usine fabriquant de la graisse pour les machines. K.J. déclare qu’il a vu comment les Allemands y transformaient les corps des Juifs gazés en graisse, qui était ensuite expédiée dans des paquets étiquetés « Schmierstoff-Fabrik Auschwitz » [Usine de lubrifiants d’Auschwitz].

Comme il était chargé d’emporter les corps des personnes gazées, il avait pu observer le processus sur un groupe de 1 500 Juifs polonais, « expédiés » en mai 1943. A leur arrivée, ces Juifs n’ont pas été maltraités. Ils ne semblaient pas non plus être particulièrement mal nourris. Dès leur arrivée, on leur fit prendre un vrai bain, et on leur donna même du savon à cet effet. Puis, après, on leur enlevait leurs vêtements, on les sélectionnait, on les regroupait séparément en gros et en maigre, femmes et hommes. Chaque groupe était ensuite envoyé séparément dans les chambres à gaz, une vaste pièce en béton à laquelle on accédait par une triple porte. Les victimes mouraient généralement après la fermeture des portes. La pièce était ensuite rapidement ventilée, et les détenus chargés d’emporter les corps devaient terminer leur travail le plus rapidement possible, avant que la rigidité cadavérique ne s’installe. Ils étaient emmenés sur des chariots spéciaux qui étaient acheminés vers l’usine de graisse au moyen d’un transporteur mécanique spécial.

Là, au moyen de procédés chimiques dont la nature était inconnue de K.J., les corps étaient transformés en pulpe et la graisse était extraite. Les restes, sous la forme de quelques os et d’une masse informe, étaient soigneusement brûlés dans le four crématoire » 16.
Au vu de ce qui précède, la description introductive du témoin K.J. par Waskiewicz – véritable précurseur des historiens actuels, toujours prêts à régurgiter sans sourciller les « témoignages oculaires » les plus farfelus – semble presque comique :

Quote:
« D’origine paysanne, simple et parfois primitive, [il était] sans imagination, mais un excellent et consciencieux observateur. Sa véracité semble indiscutable » 17.
Le conte de fées des pommeaux de douche qui font gicler du gaz toxique au lieu de l’eau a été inventé assez tôt. Il figure dans une « Lettre écrite au camp d’Auschwitz », datée du 29 août 1942, dans laquelle nous lisons :

Quote:
« Le plus terrifiant, ce sont les exécutions de masse dans les chambres à gaz construites spécialement à cet effet. Il y en a deux, et elles peuvent contenir 1 200 personnes. Elles sont équipées de douches, qui malheureusement délivrent des gaz toxiques au lieu d’eau. (Urz dzone s a nie z prysznicami, z których niestety zamiast wody wydobywa si gaz) » 18.
Dans un rapport souterrain sur les conditions de vie dans le camp datant de décembre 1942 ou janvier 1943, la procédure de gazage est décrite comme suit :

Quote:
« À l’intérieur, les chambres sont équipées de manière à ressembler à une baignoire-douche, qui ne diffère des véritables douches que par le fait que les douches distribuent du gaz toxique au lieu d’eau (miast wody, z pryszniców wydobywa sitrujcy gaz). […].

« À l’intérieur de la caserne, ils doivent se déshabiller immédiatement sous prétexte qu’ils vont prendre un bain. On leur donne même des serviettes et du savon. Après leur douche, ils sont censés recevoir des sous-vêtements et des vêtements. Lorsque la chambre est pleine, les portes sont fermées et le gaz est émis par des ouvertures conçues pour ressembler à des pommes de douche (i przez otwory w formie pryszniców wydobywa sigaz) » 19.
L’histoire imaginaire des « douches au gaz toxique » a immédiatement reçu une large publicité, à tel point que le Dr Gilbert, le psychologue du [premier] procès de Nuremberg, les a même introduites dans la bouche de Rudolf Höss, le commandant d’Auschwitz :

Quote:
« La procédure de mise à mort était facile, il n’y avait même pas besoin de gardes pour les faire entrer dans les chambres ; ils sont entrés en s’attendant à prendre une douche, et au lieu de l’eau, nous avons ouvert le gaz toxique » 20.
Le journal clandestin français Fraternité, dans son numéro de mai 1944, a publié le « témoignage oculaire » suivant sur Auschwitz :

Quote:
« Dès leur arrivée, tous les hommes qui étaient encore en mesure de travailler furent immédiatement envoyés sur les lieux de travail. Les autres, femmes, enfants, personnes âgées, étaient envoyés aux douches. On les emmenait dans un splendide bâtiment moderne… Mais, au lieu de douches d’eau chaude, qui auraient rafraîchi leurs membres fatigués, ils recevaient un jet de gaz toxique : et en quelques instants, il ne restait plus que des corps, entassés contre les portes par lesquelles ils avaient tenté de s’enfuir – les corps de mères avec leurs enfants dans les bras, ou de personnes âgées serrant leurs conjoints dans un geste suprême de protection » 21.
Naturellement, l’histoire des douches a été largement diffusée par les anciens détenus du camp. Voici un exemple de la version de Sofia Schafranov :

Quote:
« Ils ont simulé un bain-douche pour les victimes : bien qu’ils sachent maintenant de quel type de « bain-douche » il s’agit, on leur a même donné des serviettes et un morceau de savon ; après quoi, on les a obligés à se déshabiller et à entrer dans des chambres en béton hermétiquement closes. Le plafond était garni de pommes de douche qui émettaient des gaz toxiques au lieu d’eau ». 22.
La version la plus fantastique du conte de fées du « bain-douche » a été inventée par Ada Bimko, une juive polonaise déportée à Auschwitz le 4 août 1943, et qui a témoigné comme suit, sous serment [ !], au procès de Belsen :

En août 1944, elle avait été obligée d’entrer dans une « chambre à gaz » à Birkenau pour enlever les couvertures [sic] qui y auraient été laissées par les victimes du gazage. Elle y était à peine entrée qu’elle eut l’immense chance de rencontrer un détenu membre du « Sonderkommando » de la même ville, après quoi un très agréable sous-officier SS lui montra en toute hâte les installations de gazage d’extermination top-secrètes. Voici sa description :

Quote:
« Dans la première pièce, j’ai vu un homme qui venait de la même ville que moi. Il y avait aussi un homme SS du rang d’Unterscharführer qui appartenait à la Croix-Rouge. On m’a dit que les gens laissaient leurs vêtements dans cette première grande pièce, et qu’ils étaient emmenés de cette pièce dans une autre, et j’ai eu l’impression que des centaines et des centaines de personnes [de personnes] pouvaient entrer dans cette pièce, elle était si grande. Elle ressemblait à une salle de bain avec douche ou aux salles de bain que nous avions au camp. Il y avait un grand nombre de pommes de douche au plafond, en rangées parallèles. Tous ceux qui entraient dans cette pièce recevaient une serviette et une barre de savon, pour leur donner l’impression qu’ils allaient prendre une douche, mais tous ceux qui regardaient le sol pouvaient voir que ce n’était pas vrai, parce qu’il n’y avait pas d’évacuation pour l’eau. Cette pièce avait également une petite porte qui menait à une pièce très sombre, qui ressemblait à un couloir. J’ai vu des lignes de rails avec un petit chariot, qu’ils appelaient un camion, et on m’a dit que les prisonniers qui avaient déjà été gazés étaient placés sur ces chariots, et envoyés directement aux crématoires. Je crois que le crématorium était situé dans le même bâtiment, mais je n’ai pas vu les fours. Il y avait aussi une pièce plus haute que l’autre de quelques marches, avec un plafond très bas, et j’ai vu deux tuyaux qui, comme on me l’a dit, contenaient le gaz. Il y avait aussi deux énormes conteneurs métalliques qui contenaient le gaz ». 23.
Dans une déposition annexée au dossier du procès, Ada Bimko a déclaré :

Quote:
« Les SS m’ont dit que les cylindres contenaient le gaz, qui est passé par les tuyaux dans la chambre à gaz » 24, par conséquent, le gaz est passé des conteneurs dans les tuyaux et par les pommes de douche dans la « chambre à gaz » ! 24.
Mais même cette histoire avait ses variantes. Une variante particulièrement extravagante a été racontée par Bruno Piazza, qui avait été condamné à mort dans la « chambre à gaz », dont il a miraculeusement réussi à se sauver :

Quote:
« J’ai entendu l’un d’entre eux dire : ‘Crématorium’. Nous avons continué à marcher dans le camp, entre deux rangées de baraques d’un type assez semblable à celles du dernier camp. Quand nous sommes arrivés au bout, ils nous ont fait tourner à gauche et nous ont fait entrer dans une caserne dans la pénombre, tous les huit cents. La nuit était déjà tombée. Au milieu, il y avait un poêle qui s’était éteint et trois seaux de zinc de bateau. Soudain, ils ont allumé les lumières et nous avons vu que nous étions dans une sorte de salle de douche. Il y avait vingt pommes de douche au plafond. […].

Cette pièce, l’antichambre du crématorium, était la chambre à gaz […]. Il n’y a plus de doute à ce sujet maintenant. J’avais entendu parler du système : ils mettaient une couche blanche de poudre de cyanure de potassium sous la douche et puis ils mettaient soudainement l’eau en marche. Cela a provoqué la libération d’un gaz cyanure mortellement toxique. Puis l’employé est entré avec un masque sur le visage, a saupoudré la poudre, a ouvert la douche, est parti, a fermé la porte et au bout de dix minutes, ils étaient tous morts, asphyxiés. À l’autre extrémité de la pièce se trouvait une porte haute qui, disait-on, menait au crématorium au moyen d’un plan incliné. […].

« Dans le passé, l’asphyxie avait été obtenue en utilisant une méthode différente de la méthode actuelle, avec les douches. Un trou était percé dans le plafond. Le trou était ouvert par une valve automatique, éjectant trois ou quatre cylindres de gaz cyanure prépréparés à l’intérieur de la chambre. Mais le système n’était pas très sûr, car parfois le couvercle de la bouteille n’était pas cassé à la chute, et il fallait alors répéter la procédure quatre ou cinq fois, pour être sûr que le gaz avait bien été émis dans la chambre » 25.
Lors du procès Degesch en 1949, un témoin a mentionné la rumeur selon laquelle « à Birkenau, le gaz était introduit dans la chambre par de fausses pommes de douche », mais le Dr Heli, l’inventeur du Zyklon B, et le Dr Ra, physicien, ont tous deux déclaré que cette technique de gazage était impossible, de sorte que la Haute Cour de Francfort-sur-le-Main, dans son jugement du 28 mars 1949, a reconnu qu’elle était incorrecte :

Quote:
« Le Tribunal ne doute pas du fait que l’hypothèse selon laquelle le gaz a été émis à partir d’une boîte de conserve de Zyklon B au moyen d’un robinet et introduit dans la chambre à gaz, est erronée, de sorte qu’il n’est plus nécessaire de réaliser l’expérience demandée par l’un des défendeurs » 26.
L’histoire des « cylindres d’acide cyanhydrique » est une adaptation de la version la plus courante des « bombes » contenant de l’acide cyanhydrique, inventée vers la fin de 1943 et le début de 1944 par Jerzy Tabeau, qui fut interné à Auschwitz sous le nom de Jerzy Wesoowski le 23 mars 1942 et s’échappa dans la nuit du 19 au 20 novembre 1943. Dans son rapport, qui a commencé à circuler à l’été 1944, il écrit :

Quote:
« Après avoir atteint la zone contenant la chambre à gaz, qui était entourée de barbelés, les condamnés ont dû se déshabiller complètement, hommes, femmes et enfants ensemble. Chaque personne recevait une serviette et du savon. Ils étaient ensuite tous entassés dans la chambre, avec beaucoup de coups et de mauvais traitements. C’est ainsi que la chambre était remplie du plus grand nombre de personnes possible, après quoi la porte était fermée hermétiquement et les SS affectés à cette tâche versaient les bombes, remplies d’acide prussique, à travers les valves situées dans les murs. Après dix minutes, les portes ont été ouvertes et un commando spécial (toujours composé de Juifs) a emporté les corps et fait de la place pour le convoi suivant » 27.
Un rapport daté du 23 août 1944, en revanche, mentionne des « fioles » :

Quote:
« Sous prétexte de visiter une douche, ils font se déshabiller les gens, leur donnent du savon et les envoient dans la « zone des douches », où ils ferment les portes hermétiquement, puis ils y jettent des flacons remplis d’un liquide inconnu. Les flacons se brisent et libèrent le gaz, ce qui provoque leur mort […] dans les cinq ou dix minutes qui suivent ». 28.
Cette histoire fantastique a également été reprise par Kurt Gerstein, qui a écrit que le directeur de Degesch lui avait dit « que pour tuer des hommes, il avait fourni de l’acide cyanhydrique dans des fioles (Ampullen) » 29.

Cependant, selon lui, à Auschwitz, ces « fioles » ont été utilisées d’une manière différente :

Quote:
« Ce n’est qu’à Auschwitz que des millions d’enfants ont été tués en tenant sous leur nez une liasse [imbibée] d’acide cyanhydrique » 30.
En plus des « bombes », des « cylindres » ou des « fioles » d’acide cyanhydrique, d’autres substances étaient indiquées comme méthodes d’extermination : les « gaz sternutatoires » 31 et une « certaine substance qui endort les victimes (einschläfern) en une minute » 32.

L’ex-détenu Otto Wolken, en revanche, a parlé de fossés de gazage :

Quote:
« Les fossés étaient creusés et recouverts de toile, servant de chambres à gaz provisoires « 33.
Lors du procès de Nuremberg, le 21 juin 1946, le procureur américain Jackson mentionne une autre méthode d’extermination présumée « dans les environs d’Auschwitz » : la bombe atomique !

Quote:
« Un village, un petit village a été provisoirement érigé, avec des structures provisoires, et dans lequel environ 20 000 Juifs ont été mis. Au moyen de cette arme de destruction nouvellement inventée, ces 20.000 personnes ont été éradiquées presque instantanément, et de telle manière qu’il n’en reste aucune trace ; qu’il se développe, l’explosif se développe, des températures de 400° à 500° centigrades et les détruit sans laisser aucune trace du tout ». 34.
Comme on peut le voir, les Américains, pour résumer, avaient déjà la mauvaise habitude d’imputer leurs propres crimes à leurs ennemis du moment.

Ces contes de fées sont rapidement tombés dans l’oubli, étant remplacés par d’autres contes de fées mieux organisés, qui seront examinés sous la rubrique 3, ce qui n’empêche pas de provoquer un certain désarroi chez les historiens de l’Holocauste. Ces derniers ont en effet été contraints de proclamer que ces mêmes contes de fées de propagande ne sont pas devenus, par le biais de diverses élaborations littéraires, la « vérité révélée » de l’Holocauste qui règne actuellement en maître ; au contraire, on a prétendu que ces contes n’étaient que le « reflet » d’une « vérité » qui n’a été découverte que plus tard, mais qui n’était pas encore connue au moment où ces contes de fées ont été inventés. La valeur de ces conjectures sera examinée sous la rubrique 7.


Notes :

1 The mass graves, real or imaginary, were located in the eastern area of the camp.

2 Equivalent to the German word “Schachtofen” [pit furnace], an enormous cylinder of refractory material employed for the production of gas from the gasification of coal. No installation of this type ever existed at Auschwitz.

3 Kombinat smjerti v Osvjetzimje. “Pravda”, 2 February 1945, p. 4.

4 Gjermanskij “lagjer’ smjerti” v Pol’scje (German “Death Camp” in Poland). “Pravda”, 24 March 1944, p.

5 This corresponds to a cremation capacity of 115,200 bodies in 24 hours!

6 A person unknown to Holocaust historiography.

7 From a Memorandum by Mr. Lieberman, September 27, 1945, in: Azriel Eisenberg, The Lost Generation: Children in the Holocaust. Pilgrim Press, New York, 1982, pp. 139-141. As a source, the author mentions: “Nazi Conspiracy and Aggression, Vol. VI, Office of United States Chief Counsel for Prosecution of Axis Criminality, U.S. Government Printing Office, 1946; Vol. XI, pp. 1100-1103 (Document D 251)”.

8 Camps de concentrations. Service d’Information des Crimes de Guerre. Office Français d’Édition, Paris, 1946, p. 182.

9. L. de Jong, Die Niederlande und Auschwitz, in: “Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte”, year 17, no. 1, January 1969, p. 9.

10 Obóz koncentracyjny Oswiecim w swietle akt Delegatury Rzadu R.P. na Kraj (Auschwitz concentration camp in the light of the Polish Governmental Delegation in the country). “Zeszyty Oswiecimskie” (Auschwitz Notebooks), special edition I, Oswiecim 1968, p. 32, 43, 54. The Delegation was the representation in Poland of the Polish government in exile at London.

11 Idem, p. 52.

12 Martin Gilbert, Auschwitz & the Allies. The politics of rescue. Arrow Books Limited, London, 1984, p. 130.

13 Testimony of Mordechai Lichtenstein in: Jewish Survivors Report Documents on Nazi Guilt. No 1. Eighteen Months in the Oswiecim Extermination Camp. May 1945, p. 12. ROD, c[21]og.

14 Central Dept. Poland No. 26. 18 June 1944. Political Memorandum. From: Press Reading Bureau, Stockholm. To: Political Intelligence Departement, London. Rapport de M. Waskiewicz sur l’interrogation de K.J. PRO, FO371/39451, pp. 137-140.

15 Idem, p. 138.

16 Idem, p. 139.

17 Idem, p. 137.

18 Obóz koncentracyjny Oswiecim w Swietle akt Delegatury Rzadu R.P. na Kraj, op. cit., p. 43.

19 AGK, NTN, 155, pp. 299-300.

20 Nuremberg Diary. By G.M. Gilbert, Ph.D.. Formerly Prison Psychologist at the Nuremberg Trial of the Nazi War Criminals. Farrar, Straus and Company. New York, 1947, p. 250.

21 Stéphane Courtois, Adam Rayski, Qui savait quoi? L’extermination des Juifs 1941-1945. La Découverte, Paris, 1987, p. 220.

22 Alberto Cavaliere, I campi della morte in Germania nel racconto di una sopravvissuta. Milan, 1945, p. 40.

23 Trial of Josef Kramer and Forty-Four Others (The Belsen Trial). William Hodge and Company. London, Edinborough, Glasgow, 1949, pp. 67-68

24 Idem, p. 742.

25 Bruno Piazza, Perché gli altri dimenticano. Feltrinelli, Milano, 1956, pp. 127-131.

26 C.F. Rüter, Justiz und NS-Verbrechen. Sammlung deutscher Strafurteile wegen nationalsozialisticher

Tötungsverbrechen 1945-1966. Amsterdam, 1968-1981, vol. XIII, p. 134.

27 Das Lager Oswiecim (Auschwitz), in: A. Silberschein, Die Judenausrottung in Polen. Series Three, Section II.: Die Lagergruppe Oswiecim (Auschwitz). Geneva, 1944, pp. 67-68.

28 Report published at:http://forum.axishistory.com/viewtop...hlight=pressac

29 German report by K. Gerstein dated 6 May 1945. PS-2170, p. 9.

30 Idem.

31 La politique pratiquée par la Suisse à l’égard des réfugiés au cours des années 1933 à 1945. Report intended for the Conseil fédéral à l’intention des conseils législatifs by Professor Carl Ludwig, Basel. Berne, 1957, p. 220.

32 Alleged report of SS-Sturmbannführer Franke-Gricksch of May 1943. Text in: J.-C. Pressac, Auschwitz:

Technique and operation of the gas chambers. The Beate Klarsfeld Foundation, New York, 1989, p. 238. The report consists solely of an alleged “transcription” by a certain Erich M. Lippmann, an officer in the US Army, responsible for collecting documents for purposes of evidence at the American trials at Nuremberg. The original document does not exist.

33 AGK, NTN, 88 (Höss trial), p. 45.

34 Der Prozess gegen die Hauptkriegsverbrecher vor dem internationalen Militärgerichtshof. Nuremberg 14. November 1945-1. October 1946. Nuremberg, 1948, vol. XVI, p. 580 [pp. 529-30 in English]

https://grandfacho.com/?p=27641
 
 

Share


Thread
Display Modes


All times are GMT -5. The time now is 09:43 AM.
Page generated in 0.52524 seconds.