Vanguard News Network
VNN Media
VNN Digital Library
VNN Reader Mail
VNN Broadcasts

Old 4 Weeks Ago #1
alex revision
Senior Member
 
alex revision's Avatar
 
Join Date: Mar 2008
Posts: 16,924
alex revision
Default Dr. William L. Pierce – Un monde blanc

UN MONDE BLANC

Dr. William Luther Pierce

Dans ces causeries que j’ai avec vous chaque semaine, je tente de choisir des sujets d’intérêt actuel, des sujets qui sont dans les actualités – ou qui devraient être dans les actualités – parce qu’il est important pour tous nos auditeurs de comprendre que les choses dont nous parlons dans ces émissions sont réelles et pertinentes, et qu’elles demandent notre attention maintenant ; ce sont des choses que les auditeurs peuvent vérifier par eux-mêmes si je leur dis où vérifier. Même quand je choisis de parler d’idées plus que d’actualités, je tente de relier les idées à des événements, actuels ou historiques, afin que les auditeurs restent conscients que les idées sont importantes, qu’elles ont des conséquences dans le monde réel.

Je veux que chacun garde toujours à l’esprit que l’essence de ces émissions radio n’est pas le divertissement, et que ce n’est même pas l’éducation : c’est la survie. C’est simplement notre avenir. C’est la continuation du processus de vie qui commença sur cette terre il y a des centaines de millions d’années et qui est maintenant au bord du désastre. La raison pour laquelle je fais ces émissions est de faire comprendre aux gens – notre peuple – qu’ils sont responsables de l’orientation du processus, de les aider à l’éloigner de la mauvaise direction, d’en finir avec les gens et les politiques qui l’ont amené à ce point critique, et ensuite de les aider à lui faire reprendre une voie ascendante.

Mais parfois les auditeurs me disent : « Oui, c’est important, mais veuillez nous en dire plus sur la direction que nous devrions adopter quand nous aurons triomphé des ennemis de notre peuple et réparé les dommages causés par leurs politiques. Montrez-nous le chemin devant nous. Dites-nous en un peu plus sur l’endroit où nous voulons aller quand nous serons capables de définir le type de monde que nous voulons ».

Eh bien, je crois que c’est une requête raisonnable. Je n’aime pas bâtir des châteaux en Espagne. Je n’aime pas passer trop de temps à planifier des choses que nous ne pouvons pas encore mettre en œuvre. Mais je pense qu’il est raisonnable de penser parfois à l’avenir, même au-delà des choses que nous avons le pouvoir de mettre en œuvre aujourd’hui. Pour quelle sorte de monde voulons-nous lutter ? Rêvons à cela pendant quelques minutes aujourd’hui.

Nous ne pourrons bien sûr jamais revenir au passé, mais nous pouvons comparer des périodes du passé les unes avec les autres et avec le présent afin de prendre des décisions concernant les institutions et les styles de vie, des décisions concernant les structures sociales et les modes et les types de comportement. Des gens différents, bien sûr, jugeront le passé différemment, porteront des jugements différents sur les institutions et les styles de vie du passé. Par exemple, j’ai un auditeur occasionnel qui pense qu’il serait bon de revenir à l’époque où son Eglise dominait tout, et où les sorcières et les hérétiques étaient brûlés sur le bûcher par milliers. Et il pense que je devrais être le premier à être brûlé.

Le type de monde pour lequel nous luttons dépend donc de nos valeurs, de ce que nous considérons comme important. La personne qui croit littéralement à l’image biblique du ciel et de l’enfer et dont le motif principal est d’éviter d’être jeté dans les feux de l’enfer désirera une sorte de monde différente de celle de la personne hédoniste dont l’idéal est de pouvoir s’amuser ou se distraire de toutes les manières possibles, et aucun de ces gens ne pourra être attiré par une vision du monde qui est la meilleure pour notre race. Donc avant de commencer à décrire notre monde idéal, voyons d’abord ce qui est vraiment important pour nous. Je peux seulement vous dire maintenant ce que je crois être important, mais je pense que de nombreux auditeurs seront d’accord avec moi et partageront donc ma vision de la sorte de monde pour laquelle nous devrions lutter.

Je suis quelqu’un de très conscient racialement, quelqu’un de très conscient des profondes différences spirituelles et psychiques entre ma race et les autres races, et le monde que je désire est un monde qui fournisse l’espace maximum pour que l’esprit des gens de mon peuple prenne son essor, un monde qui soit à la hauteur de leur nature intérieure, un monde où ils soient à l’aise et où ils puissent relever leurs manches et se mettre au travail comme s’ils allaient reconstruire leurs propres châteaux, un monde où ils puissent libérer toute la puissance de leur imagination et de leur esprit créatif, un monde où l’esprit faustien de mon peuple puisse exulter dans sa lutte pour découvrir et conquérir des mondes nouveaux, accomplir des actions nobles, et, selon les paroles de l’Ulysse de Tennyson, « suivre la connaissance comme une étoile tombant au-delà de l’horizon de la pensée humaine ».

Un monde qui soit à la hauteur de notre nature intérieure sera un monde pas très différent de celui où notre nature fut formée durant des milliers de générations en Europe. C’était un monde de montagnes et de forêts et de rivières et de lacs et de fjords et de littoraux. Ce n’était pas le monde de désert et de bazar du Sémite ou le monde de jungle et de huttes de torchis du Nègre, et ce n’était pas non plus un monde d’asphalte et de béton et de néons et de panneaux publicitaires et de bus à moteur diésel et de fast-foods et d’usines polluantes et d’immeubles monotones sur des kilomètres.

Eh bien, à l’opposé de ce que je viens de dire, il semble qu’une partie de la population nominalement blanche des Etats-Unis ait eu sa nature formée durant l’espace de trois ou quatre générations par le béton et l’asphalte et les panneaux publicitaires et les métros et les terrains vagues remplis de détritus. On voit beaucoup de ces gens dans des endroits comme New York, mais je ne suis pas sûr qu’ils doivent encore être considérés comme des Blancs, ces lemmings urbains sans race.

Nous pourrions donc commencer notre description de la sorte de monde que nous voulons en parlant de l’environnement naturel et de la manière dont notre peuple devrait s’adapter à cet environnement. Nous avons besoin, en premier lieu, d’une densité de population moyenne beaucoup plus faible que celle que nous avons actuellement en Amérique du Nord et en Europe. Au lieu d’une Amérique du Nord avec une population en croissance rapide de 300 millions de bipèdes sans plumes de toutes les ethnies connues, j’ai une vision d’un continent avec une population stable de 50 millions d’Américains européens – des Américains européens plus équilibrés, en meilleure santé, plus forts, de meilleure apparence, et plus intelligents que la norme actuelle dans la plus grande partie du continent – et sans aucun non-Blanc. Et j’ai une vision de ces 50 millions de Nord-américains blancs vivant et travaillant dans un pays de forêts régénérées et de rivières et de lacs non-pollués et d’air pur : un pays sans détritus le long de ses routes et de ses chemins, et avec des ours et des loups et des pumas et des aigles revenus dans leurs habitats naturels et formant à nouveau une partie naturelle de notre environnement. Et dans ma vision une partie substantielle de ces forêts régénérées et de ces rivières et lacs non-pollués est dans le domaine public : en fait, un domaine public continu s’étendant de la côte Est à la côte Ouest et entourant des propriétés privées. Et je n’envisage pas de villes – certainement pas les monstruosités d’asphalte et de béton tentaculaires, bruyantes et congestionnées, entourées d’usines fumantes, d’autoroutes embouteillées et de néons criards que nous connaissons trop bien aujourd’hui. Des villes avec une population ne dépassant pas 10.000 habitants devraient suffire pour contenir des centres commerciaux, des centres de production, des centres éducatifs et toutes autres sortes d’installations requérant les efforts coopératifs de quelques milliers de personnes. Je suppose bien sûr des méthodes modernes de transport, de communication et de production. Même des installations d’extraction de minerai, de production d’acier, ou de fabrication de roulements à bille, si elles sont conçues et utilisées pour tirer parti des développements technologiques modernes, devraient pouvoir fonctionner sans les énormes concentrations ouvrières utilisées aujourd’hui.

En fait, je crois qu’en fin de compte nous pouvons fonctionner sans aucun prolétariat urbain. Inévitablement il y aura des travaux sales et déplaisants à faire, des travaux requérant un dos solide, des travaux ennuyeux et répétitifs, même quand nous aurons automatisé et modernisé et rationalisé et informatisé notre industrie et notre agriculture et notre système de transport au maximum. Mais nous n’avons pas besoin d’une énorme classe de malabars en col bleu faisant ce genre de travail toute leur vie. Et nous ne voulons certainement pas avoir de non-Blancs dans notre société pour faire le sale travail à notre place.

Il est irréaliste de tenter de planifier des choses trop en détail aujourd’hui, mais une bonne approche du problème concernant le sale travail à faire est le genre de choses que les Allemands firent dans les années 30, chaque jeune accomplissant une période de quelques années de service du travail, sans chercher à savoir s’il était ultimement destiné à devenir poète ou propriétaire d’usine ou fermier ou chercheur scientifique. Non seulement cela permet de ramasser les poubelles et de planter les tomates, mais cela resserre aussi les liens de la communauté et minimise l’hostilité entre les classes.

Les Allemands mirent en pratique beaucoup d’autres idées excellentes dans les années 30 : des idées sur le logement et le transport et la direction des industries et les relations avec le travail et la structure communautaire et l’éducation des enfants et la formation des jeunes et la santé publique, etc. Nous pouvons apprendre beaucoup en étudiant ce qu’ils accomplirent avant que nous ne fussions tous entraînés dans une guerre horriblement destructrice et inutile qui fit sortir le monde entier du rail du progrès racial et le plaça sur le rail désastreux du multiculturalisme.

Tous ces aspects du monde que nous voulons dans le futur – la manière d’élever et d’éduquer les enfants, les types de communautés où nous vivrons (pour ceux qui choisiront de vivre dans des communautés), la manière dont nous ferons notre travail – toutes ces choses sont très importantes, mais elles ne doivent pas être planifiées uniquement sur une base esthétique ou sur la base de nos caprices concernant l’apparence que devra avoir un monde idéal. Chaque aspect de notre monde futur est adapté à un but central : le but de la qualité humaine et du progrès humain.

Vous savez, la manière par laquelle Mère Nature assura le progrès humain et la qualité humaine dans le passé fut d’assurer un taux de natalité élevé et un taux de mortalité élevé, dans un environnement dur et sélectif. Beaucoup naissaient, mais seuls les plus forts et les plus brillants vivaient assez longtemps pour avoir des enfants à eux. En Europe, avec ses saisons fortement différenciées, la famille qui ne se préparait pas bien pour l’hiver et ne faisait pas de réserves pour l’hiver ne vivait pas jusqu’au printemps. Dans les tropiques, les sauterelles pouvaient se permettre de chanter tout l’été parce que c’était toujours l’été, mais dans le Nord seules les fourmis travailleuses survivaient, et les sauterelles périssaient.

Malheureusement, nous qui avons évolué en Europe et appris à contrôler notre environnement, nous nous sommes trompés nous-mêmes en court-circuitant le processus sélectif de la Nature. La science médicale est une chose merveilleuse, mais appliquée sans discrimination et combinée à un système d’aide sociale qui protège l’individu stupide et imprévoyant, elle a conduit à un grave déclin de la qualité humaine durant les derniers siècles. Nous devons inverser cette tendance, et nous devrions concevoir l’inversion de cette tendance dans notre monde futur. Certainement, une législation appropriée peut être une partie de la conception. Par exemple, quiconque restant à l’aide sociale pendant une année entière devrait être stérilisé ; si un enfant est né d’une mère dépendant de l’aide sociale, la mère et l’enfant devraient être stérilisés ; si un défaut congénital est corrigé par intervention médicale, alors l’intervention doit être accomplie par stérilisation.

Il est dangereux, cependant, de tout miser sur une chose aussi artificielle et aussi soumise aux variations de la mode que la législation. La législation servit à maintenir la qualité raciale des anciens Spartiates pendant un temps, mais cela ne dura pas. Les gens – même les gens intelligents et moraux – choisiront le confort et la facilité de préférence à un style de vie plus exigeant et sélectif, dès que le confort et la facilité seront disponibles. C’est le problème que nous avons toujours eu avec le progrès matériel : il tend à s’opposer au progrès humain. Eviter cette opposition fondamentale est le plus grand défi devant nous, et il doit être relevé non seulement par une législation éclairée mais aussi par l’éducation, depuis l’école maternelle jusqu’à l’université, et aussi par le divertissement populaire des médias.

Au-delà de la législation et de l’éducation et de la propagande, les institutions sociales et les styles de vie devraient être conçus en vue de la qualité humaine et du progrès humain. Il n’est pas vraiment possible de dire aujourd’hui comment cela pourrait être mis en œuvre dans les détails, mais je peux donner quelques exemples suggestifs. Les jeunes gens devraient être élevés dans un environnement compétitif. Ils devraient rivaliser sur le plan athlétique : en gymnastique, dans les épreuves de course et d’athlétisme, dans les épreuves de survie en plein air, dans les arts martiaux avec ou sans arme – et au moins pour les filles, dans les concours esthétiques, dans les concours de beauté et de grâce – qui plus que toute autre chose dépendent des bons gènes et de la bonne santé – et dans les concours de chant et de danse et d’interprétation musicale. Et ils devraient rivaliser sur le plan intellectuel, la reconnaissance et les diplômes et l’admission aux meilleures écoles étant donnés aux meilleurs spécialistes, aux meilleurs solutionneurs de problèmes.

Les enfants élevés dans un tel environnement compétitif apprendront à apprécier la performance et la qualité et la réussite. Quand le temps viendra pour eux d’engendrer des enfants, ils comprendront mieux la nécessité d’avoir les meilleurs enfants possibles. Et l’institution du mariage, si elle est bien conçue, peut servir ce but.

En premier lieu, les enfants élevés dans une ambiance de compétition et récompensés ou reconnus selon leurs réussites tendront à s’assembler selon la qualité, de sorte que les garçons supérieurs ont plus de chances d’être dans les mêmes écoles ou les mêmes lieux de travail que les filles supérieures, et ont donc plus de chances de se marier avec des filles supérieures.

En second lieu, produire des enfants peut être encouragé ou découragé selon la qualité des parents. Les meilleurs parents peuvent être l’objet des plus grandes incitations sociales et économiques pour qu’ils aient beaucoup d’enfants. Et l’économie peut être structurée, le marché du travail peut être conçu, afin que les femmes les plus brillantes et jouissant de la meilleure santé aient très peu de choix de carrière possibles et qu’elles soient donc poussées à choisir le mariage et la maternité, alors que les carrières attractives en-dehors du foyer seront beaucoup plus disponibles pour les femmes moins douées, de sorte qu’elles auront moins de chances de devenir mères.

Je pense qu’avec une planification intelligente, nous pouvons atteindre les résultats désirés avec un minimum d’intrusion gouvernementale dans les vies privées. Et, vraiment, c’est un aspect très important de la sorte de monde que nous voulons pour notre peuple dans le futur : nous voulons un monde où l’environnement et la forme de la société elle-même et les styles de vie qui découlent naturellement de cet environnement et de cette société soient ce qui nous donne notre progrès racial, à la place de la contrainte ou de la caporalisation gouvernementales. Et la raison de cette préférence n’est pas tant une antipathie pour la contrainte gouvernementale que le fait que la contrainte gouvernementale tend à être incertaine et transitoire.

J’envisage un monde de familles blanches, d’écoles blanches, de communautés blanches : des communautés propres et ordonnées, avec des quantités d’enfants blancs en bonne santé, faisant de la randonnée et du camping et apprenant des métiers d’artisanat ou des traditions populaires au lieu de traîner dans des centres commerciaux en shorts ridicules ou de marauder en voiture et boire et jeter des cannettes de bières par la fenêtre : des gamins blancs obéissants qui disent « oui, monsieur » et « oui, madame » à leur parents et qui ne fument pas et qui n’écoutent pas de la musique non-blanche et qui ne rejoignent pas des gangs urbains, parce qu’il n’y aurait plus de gangs urbains. Et j’envisage un monde avec moins de limites et de contraintes, avec beaucoup plus de possibilités pour l’individu de suivre ses propres inclinations, un monde où la plupart des gens auront le sentiment qu’ils peuvent pratiquement avoir l’avenir de leur choix dans le cadre général de leurs responsabilités envers leur race, s’ils sont prêts à saisir leurs chances et à travailler dur.

Je crains que la partie qui concerne les chances à saisir et le dur travail à faire ne plaise pas à tous les Blancs racialement conscients aujourd’hui : certainement pas à ceux qui dépendent de l’aide sociale et probablement pas à ceux qui se sont habitués à vivre confortablement même quand leur monde est en train de sombrer. Ils peuvent préférer un monde sans Noirs et sans Mexicains et sans Juifs et sans Vietnamiens, mais ils veulent que ce soit un monde de confort total et de sécurité totale, un monde où la technologie accroisse la capacité d’autosatisfaction sans limites. Ils reculeraient devant l’idée de sacrifier le confort et le luxe et la sécurité personnelle en échange du progrès racial.

Et je sais que la plupart de ces gens reculeront aussi devant les méthodes brutales nécessaires pour changer cette situation. Ils voudraient que tous les non-Blancs s’en aillent simplement. Ils voudraient que tous les couples racialement mixtes et leur progéniture bâtarde disparaisse sans faire d’histoires. Ils voudraient que tous les Juifs vendent leurs parts dans les médias et partent pour Tel-Aviv et y restent. Ils voudraient que tous les capitalistes et les libéraux et les féministes et les politiciens blancs qui ont collaboré avec les Juifs en échange de quelque avantage aux dépens de leur race se réveillent un beau matin et comprennent leur erreur et placent dès lors les intérêts de leur race avant tout.

Mais rien de cela n’arrivera jamais. Sans la lutte, la vie retombe dans la boue. C’est toujours par les épreuves et la lutte et l’effusion de sang que la vie a avancé. Accroître notre niveau de confort au moyen de notre technologie n’est pas la même chose qu’accroître la qualité humaine ; en fait, à travers l’histoire la technologie a entraîné un abaissement de la qualité humaine moyenne dans notre propre race en s’opposant au processus de sélection naturelle – bien que notre technologie nous ait aussi donné un avantage dans nos conflits avec les autres races. Ce que nous avons fait durant le siècle passé fut d’abandonner stupidement une grande partie de ce dernier avantage tout en conservant le désavantage.

Eh bien, il n’y a pas besoin d’utiliser notre technologie aussi stupidement dans le futur, même si cela a été le cas jusqu’ici. Il nous est possible de continuer à tendre vers les étoiles sans tenter de stopper les effets bénéfiques du SIDA en Afrique, par exemple. Nous pouvons continuer à développer de nouveaux gadgets microélectroniques et empêcher en même temps la reproduction dysgénique à l’intérieur de notre peuple, si nous en avons la volonté. Mais quand nous retombons confortablement dans la boue nous n’avons pas cette volonté ; en fait, il nous est même désagréable de penser à ces choses inconfortables, mais elles sont néanmoins vraies.

Nous pouvons envisager un nouveau monde blanc d’hommes forts et de femmes belles et d’enfants intelligents ; un monde plus vert de forêts régénérées et d’air et d’eau non-pollués ; un monde plus propre, sans télévision juive ou non-blanche ; un monde progressiste, où chaque génération successive de notre peuple sera un peu plus saine et un peu plus intelligente que la précédente. Mais ce nouveau monde blanc ne peut naître que de la lutte brutale et sanglante. Il ne nous sera pas donné comme un cadeau, et personne n’inventera un moyen facile et sans douleur de changer la situation. Nous devons avoir la volonté de construire ce monde et de triompher de tous les ennemis qui tenteront de nous barrer la route. Acquérir cette volonté sera la véritable réussite pour nous. Dès que nous aurons la volonté, nous pourrons gagner le combat.

Dans cette époque douce et féminisée, il est beaucoup plus facile de continuer à retomber confortablement dans la boue. Notre tâche actuelle reste donc de continuer à parler à notre peuple des choses réelles, de faire en sorte que la minorité perspicace de notre peuple reste consciente que nous sommes en effet en train de sombrer, de l’aider à développer les attitudes appropriées et les modes de pensée durs et réalistes conduisant à la survie raciale ; et l’heure venue, le confort se terminera et l’effusion de sang commencera, comme cela a toujours été le cas.

Cependant, cela ne nous fait pas de mal de rêver de temps à autre de ce monde blanc plus propre et plus vert que nous voulons bâtir pour notre peuple.

Free Speech – décembre 2000 – Volume VI, n° 12

https://grandfacho.com/?p=25347
 
Reply

Share


Thread
Display Modes


All times are GMT -5. The time now is 01:02 AM.
Page generated in 0.05079 seconds.